Aller au contenu principal

Les pays d’Afrique blanche : un laboratoire à ciel ouvert !

22 août 2011

Les pays d’Afrique blanche : un laboratoire à ciel ouvert !

Il n’est pas inintéressant de noter que ce qui se passe dans certains pays de l’Afrique blanche n’est pas sans rapport avec la crise financière. Précisons aussi, qu’il ne s’agit pas de crise économique mais de crise financière qui induit la récession mondiale. De même, il est opportun de souligner qu’un peuple heureux n’a jamais fait de « révolution ». Au contraire, un peuple privé longtemps de liberté et de ses droits fondamentaux, à qui l’on jette à peine des "miettes", est prête à toute forme de révolution. « La Commune de Paris », avec sa couleur "rouge", couleur populaire des révolutionnaires, le prouve ; la finalité de la "révolution" du Peuple de Paris fut l’accès aux droits fondamentaux à tous les citoyens français.

C’est pourquoi, les évènements qui se succèdent ici et là (Tunisie, Égypte, Libye, Yémen, Syrie, etc.) sont pour les démocrates et les républicains un véritable laboratoire ouvert, comme pour tout scientifique qui se respecte, qui d’observer et d’analyser afin d’anticiper sur les évènements pour éviter la même réaction populaire.

Le cas du Congo (Brazzaville) est à tout point identique aux pays de l’Afrique blanche en proie au changement et à l’alternance politique. Le point commun, ce sont les devises ($ et €) reçus en échange des ressources naturelles (pétrole, bois, etc.) qui reprennent la direction des banques off-shore dans les pays d’origine au lieu de les utiliser pour développer le marché intérieur afin que le peuple congolais vive dans des conditions humaines acceptables.

Aussi, pour les pays où les peuples sont très impatients d’aller à l’alternance politique pour le changement car tôt ou tard ces peuples font faire leur « révolution » pour prendre le train de l’Histoire, comme jadis avec la pérestroïka, n’y a-t-il pas lieu pour les pouvoirs autocrates de prendre des décisions anticipatrices pour éviter toute fin tragique qui ressemblerait à tout point de vue à celle de la Tunisie, de l’Egypte, du Yémen, de la Libye voire de la Syrie ?

Le bon sens politique commanderait à cette anticipation car il n’est plus permis de se leurrer. Les Congolaises et les Congolais en ont véritablement marre et ils sont prêts à faire leur "révolution". Aujourd’hui est différent de 1991 car la contestation ne sera pas du fait des partis politiques comme pour la Conférence Nationale mais bel et bien des populations, et surtout des jeunes – et il est impossible de les acheter tous – qui voudront bien eux-aussi "prendre le train révolutionnaire" à l’instar des jeunes de Tunisie, d’Egypte et de la Libye. Notons aussi que la "chute" du colonel Kadhafi a fait sauter le verrou et, tout devient incontestablement possible à court ou moyen terme.

Dans ces circonstances, il est plus que nécessaire d’ANTICIPER pour mettre en place les mécanismes d’installation du marché intérieur surtout que la crise financière, devenue structurelle, risque d’annoncer des surprises…

C’est pourquoi, nous semble-t-il, le pouvoir de Brazzaville devrait s’abstenir d’amuser le peuple congolais par des « légers réaménagements de gouvernement » au profit d’incantations des "marabouts" en prenant des décisions d’hommes politiques adultes tenant compte de la géopolitique du pays pour que le Congo fasse l’économie, comme l’indique le panneau de passage à niveau « attention, un train peut en cacher un autre ! » des résultats du laboratoire à ciel ouvert !

Modeste BOUKADIA

Le 22 août 2011

From → Non classé

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :