Aller au contenu principal

#Congo#Brazzaville OBJECTIF : « ARRÊTER IMPERATIVEMENT LE PRESIDENT DU CDRC, Modeste BOUKADIA ! »

30 août 2013

OBJECTIF : « ARRÊTER IMPERATIVEMENT LE PRESIDENT DU CDRC, Modeste BOUKADIA ! »

Nous tenons à remercier tous les citoyens et tous les démocrates du monde, de plus en plus nombreux, qui s’emploient pour la libération des membres du CDRC incarcérés à Pointe-Noire sans raison aucune en dehors d’être des démocrates et des républicains membres du C.D.R.C. Nous n’osons pas imaginer qu’ils le sont parce qu’ils sont originaires du Pool. Mais, ils le sont parce qu’ils ont exigé un Gouvernement d’Union Nationale en lieu et place d’un gouvernement PCT qui pratique la discrimination des Congolais.

Le CDRC s’est toujours opposé à toute forme de coup d’Etat pour accéder ou pour se pérenniser au pouvoir. Les seules armes que connaissent les membres du CDRC sont le débat et le combat d’idées. A cela, le PCT a opposé une violence inouïe.

Vous aurez remarqué – nous en sommes sûrs – que les contributions ne sont plus signées par le Président du C.D.R.C., Modeste BOUKADIA ; pourtant c’est un blog qui lui est dédié. Le « Bureau Politique du C.D.R.C. » a pris le relais pour continuer à vous informer de ce qui se passe réellement au Congo et sur les engagements du C.D.R.C. que sont le retour de la démocratie, l’avènement de la bonne gouvernance et la préservation de la paix.

En effet depuis le 21 août 2013, notre Président a disparu lorsque les forces de la Gendarmerie Nationale du Congo avaient été mandatées pour l’arrêter à la Résidence du vice-Président du C.D.R.C. où il était venu en visite privée pour se reposer avant de pouvoir prendre un vol en direction de la France pour retrouver sa famille.

Ce matin-là, le président Modeste BOUKADIA prenait son café lorsque les gendarmes ont débarqué. Ils avaient arrêté le vice-Président, le secrétaire général, le fils du vice-président, le sergent de gendarmerie qui accompagnait le Président et une personne non membre du parti qui dormait dans sa chambre.

Nous tenons à préciser que le Président Modeste BOUKADIA se trouvait bien avec le vice-Président et prenait tranquillement son café. Quand les gendarmes sont repartis sans le Président du CDRC, les étoilés de la Gendarmerie ont piqué une grosse colère. Donc, l’objectif était bien : arrêter Modeste BOUKADIA puisque lorsque celui-ci a appelé le général MOIGNY, commandant de la Gendarmerie, il a voulu savoir d’où le président l’appelait ; ce fut aussi la même réaction du colonel NGOMBE. Le Président du CDRC leur avait bien confirmé ceci « Je me trouve bien à la Résidence où vos hommes sont venus rafler le vice-Président, son fils, le secrétaire général, le sergent qui m’accompagnait et un jeune homme n’ayant aucun lien avec le parti. »

Voici le dialogue qui s’est engagé entre les képis et le président Modeste BOUKADIA.

Le colonel NGOMBE de demander : « Monsieur le Président, mais où êtes-vous ? »

Le Président : « Je suis à la résidence où vous êtes venus arrêtés les cadres du parti. »

Le colonel NGOMBE : « Attendez-moi là où vous êtes, j’arrive pour nous voir… »

Le Président : « Colonel, ne bougez pas, dites-moi où vous êtes et je viens vous retrouver pour que vous m’expliquiez pourquoi vous avez arrêté les membres du C.D.R.C. »

Le Colonel NGOMBE : « Monsieur le Président, je vous assure qu’ils ne sont pas arrêtés puisqu’ils n’ont commis ni délit ni infraction. »

Le Président : « Dans ces conditions, j’arrive pour que vous les libérez… »

Le colonel NGOMBE : « C’est cela, à tout de suite… »

Depuis, le Président n’a plus été vu mais, nous vous confirmons qu’il se porte bien. C’est lui, dès le 21 août ordonné à son conseiller politique d’alerter les autorités militaires, politiques, et gouvernementales du pays ainsi que les ambassadeurs de la France, des États-Unis d’Amérique, de la Belgique, de l’Angola, de la CEE et des Droits de l’Homme.

Par la suite, le conseiller politique de M. Denis SASSOU accompagné du patron de la DGST (direction générale de la sécurité du Territoire) s’est rendu samedi 24 août 2013 à Pointe-Noire pour savoir pourquoi le colonel NGOMBE n’avait pas obtempéré à l’ordre politique émis par le Préfet, qui avait auparavant ordonné l’arrestation, de libérer tous les membres du C.D.R.C. détenus au poste Km4 de la gendarmerie et dans les locaux de la DGPN ; ordre émanant de son supérieur hiérarchique le général MOIGNY qui lui l’avait reçu de la hiérarchie politique et militaire ?

Le Bureau Politique du C.D.R.C.
Brazzaville, le 28 août 2013

From → Non classé

4 commentaires
  1. Membre du bureau politique permalink

    Nous voulons savoir où sont aujourd’hui les membres du CDRC, sont-ils encore dans les geôles de la gendarmerie où de la police du PCT? C’est la vrais question.

Trackbacks & Pingbacks

  1. #Congo #Brazzaville En route vers un Etat d’urgence ! | Congo na biso
  2. #Congo#Brazzaville Sassou Nguesso émet un mandat d’arrêt à l’encontre du président du CDRC | Congo na biso
  3. #SudCongo Vœux au Peuple du Congo pour 2015 | ETAT DU SUD CONGO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :