Aller au contenu principal

#Congo#Brazzaville Madame Antoinette SASSOU demande à son Président de mari de recevoir Monsieur Modeste BOUKADIA

1 septembre 2013

Madame Antoinette SASSOU demande à son Président de mari de recevoir Monsieur Modeste BOUKADIA

Selon des informations de haute facture, Madame Antoinette Sassou a demandé à son époux, le Président Sassou Nguesso de recevoir Monsieur Modeste Boukadia, le président du CDRC.

« Monsieur Modeste BOUKADIA est très écouté maintenant par la population de Pointe-Noire, du Kouilou et de Brazzaville sinon le pays va basculer dans la violence. Je suis aussi prête de le rencontrer afin de faciliter la rencontre avec mon mari. » A-t-elle dit pour décrisper la situation.

L’arrestation des membres du CDRC condamnée dans toute la République

Suite à l’internement arbitraire des membres du CDRC – puisque selon le colonel NGOMBE qui se sent l’étoffe d’un officier supérieur en jetant en prison des mères avec leurs bébés de 8 mois et des bons pères de famille « ils ne sont pas arrêtés puisqu’ils n’ont commis ni délit ni infraction » – il y a eu des protestations à Owando, à Makoua et Impfondo, nous citons textuellement :

« Finalement le Président Modeste BOUKADIA a raison lorsqu’il évoque que « Sassou doit rester au Nord et lui, Boukadia sera au Sud » parlant de la partition du pays en deux Etats. Cela devient un mal nécessaire avec des comportements de ce type où on arrête des gens et on dit « ils ne sont pas arrêtés ». Sassou ne nous rend pas service avec cette façon de gouverner. Le PCT a fait de BOUKADIA le défenseur des opprimés de SASSOU. Il faut réparer ça car c’est quelqu’un qui sait soulever les foules. »

La population de la commune de Mongo Nkamba brûle aussi les pneus

Nous apprenons aussi que la population de la commune de Mongo Nkamba (Pointe-Noire) brûle des pneus en réponse à la décision du gouvernement de les délocaliser sans indemnisation alors qu’ils des titres fonciers délivrés par l’Etat. Ils disent aussi brûler les pneus  en signe aux membres du CDRC jetés en prison sans raison et à son Président. « Qu’on vienne aussi nous arrêter puisque nous brûlons les pneus » racontent les manifestants contre la décision des ministres Mabiala, Djombo et du maire de la ville de Pointe-Noire.

Pour ceux qui connaissent Pointe-Noire, c’est dans cette localité qu’est basée la COMUS, un corps de la Police réputé agressif et répressif. C’est dire que la population de Pointe-Noire que l’on croyait peureuse s’est mise DEBOUT et n’a plus peur de la COMUS.

Les jeunes prêts à ravir les armes des militaires et des policiers en patrouille…

Les patrouilles de Police et des militaires dans les BJ se font maintenant sans armes… car les jeunes sont remontés et se sont passés le mot de ravir les armes des militaires et des policiers… D’où la consigne donnée de patrouiller sans armes ! C’est pour cela aussi que les matches des Diables-noirs se jouent en entrée gratuite et les militaires sont inexistants ni pendant les matches ni pour encadrer les longs cortèges où  l’on chante des chansons de révolte…

Pointe-Noire est sous tension comme un certain 5 juin 1997.

Le Bureau Police du C.D.R.C.

Brazzaville, le 01 septembre 2013.

From → Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :