Aller au contenu principal

#Congo #Brazzaville L’Armée tire sur l’Armée

20 décembre 2013
C.D.R.C.

clip_image003

Cercle des Démocrates et Républicains du Congo
Enregistré au Ministère de l’Intérieur sous N°002/MISAT/CAB/DGAT/SAAB du 10 mars 1998

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
13 bis, avenue d’Aligre
F – 28000 Chartres
E-mail : boukadia@msn.com

clip_image005

L’Armée tire sur l’Armée

Par L’APPEL A LA NATION du 16 décembre 14 heure 30, Nous, au C.D.R.C., avons été très clair, « Ce n’est pas le rôle de l’Armée de participer à l’arrestation de Monsieur Tsourou et de ses amis ».

Après sa participation au Sommet de l’Élysée consacré à la Paix et à la Sécurité, sa réception par le pape François, s’être incliné sur le cercueil de Madiba et organisé en sa mémoire à Brazzaville une cérémonie, Monsieur Sassou Nguesso fait couler le sang innocent à la veille de Noël !

Instrumentaliser l’Armée à des fins privées en faisant tirer l’Armée sur l’Armée est source inéluctable de conflits et de rancœurs mettant à mal sa cohésion nécessaire et indispensable pour l’Unité Nationale car l’Armée est par essence l’expression et la gardienne de la cohérence de toute l’Unité Nationale.

Est-ce à dire que « Notre Vivre en Commun » est remis en cause par un tribalisme et qu’il devient très urgent à ne plus faire semblant d’une unité de façade pour se conformer aux souhaits extérieurs ?

L’Opération « Tsourou » dans ses prétextes, ses préambules et son déroulement semble assez bien signée et rappelle celle déjà conduite à Pointe-Noire le 21 août dernier qui aboutit à séquestrer vingt-huit cadres et membres du CDRC, lesquels sont toujours embastillés et détenus à ce jour en otage à la maison d’arrêt de Pointe-Noire contre toute justice.

Ordonner à l’Armée de tirer sur l’Armée, et séquestrer les 28 opposants pacifiques et démocrates du C.R.D.C. à Pointe-Noire indique clairement à la Communauté Internationale qu’il n’y aura ni unité ni réconciliation possible car inéluctablement la méfiance inter ethnies va s’amplifier. Chaque frange de la population congolaise va se replier dans son ethnie afin d’assurer sa sécurité et sa paix, parce que les Forces Armées Congolaises ne peuvent plus les garantir.

Monsieur Denis Sassou Nguesso ne peut plus parler ni de Paix ni de Sécurité et encore moins d’Unité Nationale et de Réconciliation qui sont ses thèmes favoris dans tous ses discours de fin d’année. Ces thèmes lui sont désormais opposables dès lors qu’il n’a pas donné la priorité au dialogue et à la paix pour amener le Colonel TSOUROU à la raison et éviter des morts inutiles. Ce faisant, il a fait, une fois de plus, la démonstration devant l’opinion nationale et internationale qu’il n’a jamais été un homme de Paix et n’a aucune considération pour la sécurité des Congolais hormis sa propre sécurité. Ces grands thèmes de Paix et de Sécurité sont ceux des grands hommes comme Nelson MANDELA.

Il est regrettable que l’Assemblée Nationale et le Sénat s’excluent de la République en ne prenant pas la balle au bond en n’ayant pas su saisir l’opportunité pour montrer leur caractère républicain dans cette « affaire Tsourou » et celle de la prise en otage des 28 cadres du C.D.R.C. à Pointe-Noire.

Désormais, il n’y a qu’une Institution représentative du Peuple du Congo qui soit en mesure d’apaiser le Pays. Cette Institution, c’est la CONFÉRENCE NATIONALE II à convoquer par un Gouvernement d’Union Nationale et non par le Gouvernement actuel qui a perdu toute crédibilité et toute légitimité.

Seule la CONFÉRENCE NATIONALE II est à même de décider de façon consensuelle la question de la modification ou non de la Constitution, cette question étant déjà source de tension dans la mesure où il s’agit actuellement pour le Pouvoir de la modifier de façon unilatérale pour conserver le Pouvoir et se succéder à lui-même. Si modification il y a, cela ne peut résulter que d’une Conférence Nationale sinon le peu d’Unité Nationale qui reste volera en éclat, nous conduisant droit à la partition du Pays. Tous les responsables politiques et de la société civile doivent y réfléchir dès maintenant sans faux-semblant. Aucune question ne doit être taboue. Il en va de la République et de son Unité Nationale.

Le Congo doit-il rester une République Une et Indivisible ? Une fédération d’Etats ? Doit-il aller vers la partition en deux États, un État du Nord et un État du Sud ? Ces questions doivent être abordées parce que les rancœurs se sont trop alourdies (les hommes du colonel TSOUROU, les hommes du général ADOUA, les hommes du général MOTANDO, les hommes de NOUMAZALAYE, les hommes de LEKOUNZOU, etc. pour ne citer que ceux qui ont participé à la prise de pouvoir aux côtés de Denis Sassou Nguesso : Cf. l’organigramme des forces Cobras : Forces démocratiques et patriotiques (FDP) et Forces démocratiques unies (FDU).

Pour ce faire, le Gouvernement d’Union Nationale doit avoir une marge de manœuvre pour apaiser le Pays et procéder au Recensement Général de la Population et de l’Habitat en vue de l’organisation des élections transparentes en 2016. Car sans base électorale reconnue par Tous rien ne se fera au Congo.

La CONFÉRENCE NATIONALE II doit garantir la sécurité à Tous y compris les dignitaires du PCT et leurs biens dans les limites bien entendu du mal acquis. Mais je crois que la République saura se montrer magnanime, comme le Président De Gaulle à la libération de la France après « le marché noir » qui amnistia les trafiquants « sinon il aurait fallu condamner trop de monde ».

C’est le prix de la Paix et de Notre Vivre en Commun, il n’y a pas d’autres choix pour le régime du PCT au vu des derniers développements qui se passent actuellement dans la région des Plateaux.

Enfin, la CONFÉRENCE NATIONALE II mettra fin au rêve de ceux qui pensaient créer avec Sassou Nguesso la région Grand-Nord au détriment des régions du Sud et du Pool en particulier.

Sans cette CONFÉRENCE NATIONALE II, il n’y a pas d’autres choix que de hâter la partition du Congo en deux États parce que tous les ingrédients sont réunis pour une explosion généralisée.

L’Armée tirant sur l’Armée dans un campus militaire et le maintien de mes Hommes en otage règlent pour le Congo Brazzaville l’intangibilité des frontières issues de la Conférence de Berlin qui aura ici atteint les limites de son existence : l’Artiste, mais lequel, vient d’ouvrir la boîte de Pandore ! Bravo !

clip_image002

Modeste BOUKADIA
Président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo
Paris, le 20 décembre 2013

clip_image004

Ampliations :

– Nations unies
– Union Africaine
– Ambassade du Congo près la République Française
– Présidence Française
– Quai d’Orsay
– Parlement européen
– Commission européenne
– Présidence des Etats-Unis d’Amérique

Siège : 79, rue N’Gamaba – Brazzaville Arrondissement 1 Makélékélé
Résidence : 11, rue Massamba Pierre Brazzaville Makélékélé – Mansimou
Tél. : (+242) 066 452 325 / (+242) 057 824 500
Contact Europe : 13 bis, avenue d’Aligre F – 28000 Chartres
Tél. : (+33) 237 834 108 / (+33) 952 693 705 / (+33) 662 929 540
Web site : https://sites.google.com/a/congo-sangha.com/cdrc/ – Email: congo@congo-sangha.com
Ensemble

Construisons

L’Avenir

From → Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :