Aller au contenu principal

#Congo #Brazzaville : “La création de l’Etat du Sud Congo est une question de survie”

4 mai 2014

“La création de l’Etat du Sud Congo est une question de survie”

clip_image002

Vendredi 25 avril 2014. Aimé Emmanuel Yoka déclare :

« Ce n’est pas une question juridique. C’est une question politique. Je vous propose d’ouvrir ce débat ici, pour que ce qui est indiqué par le député Tsaty-Mabiala comme un secret de polichinelle, devienne une évidence démocratique et républicaine. »

Est-ce que ce débat doit-il se cantonner à l’Assemblée nationale qui est un acquise du PCT ?

Comme le reconnait Denis Sassou en août 2013 devant un visiteur bien en cour qui lui demandait de ne pas modifier la Constitution :

« Je m’y prépare, mais le PCT et mon clan n’y sont pas encore préparés, et j’envisage un Forum en 2014 pour les amener à reculer. Je ne peux pas soumettre ce cas brutalement au parlement qui est un acquis total du PCT. »

Drôle de préparation. Le même Sassou indique en substance au cours de sa conférence de presse, le 2 avril 2014, à Bruxelles lors du sommet UE-Afrique :

« Le pays est en chantier et qu’il devait achever ce travail commencé, mais il ne voyait pas comment débuter un travail et le laisser inachevé. »

Autrement dit, il envisage, comme chacun le sait depuis longtemps puisque c’est « un secret de polichinelle » de modifier sa Constitution du 20 Janvier 2002, taillé sur mesure par lui-même, sans se prononcer, pour l’instant, sur son éventuelle candidature à la présidentielle de 2016. Pour le faire au tout dernier moment.

En réalité ce débat a déjà eu lieu. Le PCT a déjà modifié les ARTICLES 57, 58 et 185 pour permettre à Denis Sassou d’être président à vie. C’est le droit le plus absolu et souverain du Peuple du Nord du Congo de le consacrer Président à vie de l’Etat du Nord Congo dont la capitale est Oyo.

Par tacite modification de l’ART. 1, le Peuple du Sud Congo se doit de se doter aussi d’un Etat du Sud Congo pour échapper aux massacres qui se profilent à l’horizon avec cette modification. C’est aussi le droit le plus absolu et souverain du Peuple du Sud Congo que de préserver son génome puisque au regard des chiffres de l’ONU d’après le programme post-conflit de novembre 1999 du gouvernement de la République du Congo, il manque à l’appel près de sept cent cinquante mille (750 000) personnes toutes issues du SUD du CONGO, chiffres confirmés par le recensement de 2013 publié le 6 mars 2014 par le Ministère de l’Intérieur du Congo.

Les “disparus du Beach” ne sont pas comptabilisés dans ces chiffres macabres dont fait état l’ONU dans le programme post-conflit. C’est donc une question de survie ; ce d’autant que Denis Sassou annonce au cours de sa conférence de presse le 2 avril 2014 à Bruxelles « … il devait achever ce travail commencé, mais il ne voyait pas comment débuter un travail et le laisser inachevé. »

Il est donc aisé de  comprendre que le tintouin  fait autour de la modification ou du changement de la Constitution du 20 Janvier 2002 est une fuite en avant mais qui n’a d’autre but que la consolidation de l’Etat du Nord Congo en vue de créer un ensemble plus grand : le Grand Nord si cher à MM. Mathias Dzon et Denis Sassou.

Plus que jamais, chacun doit prendre position. La modification de la Constitution ne met pas en danger la démocratie mais au contraire met en danger de mort le Peuple du Sud Congo. Tel semble être l’objectif à terme du PCT.

Modeste BOUKADIA
Président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo

Paris, le 04 mai 2014

Publicités

From → Non classé

4 commentaires
  1. A la lecture des commentaires sur Facebook, le retard pour le Congo est dans votre compréhension, trop de formol ou trop arrosé par le pouvoir et pas forcément avec du vin de palme (lol).
    Pourquoi ne pas voir que monsieur Sassou attend de réinstaller la loi militaire avec couvre-feu, par tous ces petits piques pour pousser la population dans la rue ?
    Ainsi, il n’aura même plus à modifier la constitution ou à l’enfreindre. Comme en 2002, il assure l’intérim et être au-dessus des lois, par l’immunité de sa fonction, celle de président de la république.
    Pour rappel et sans lol, ce monsieur a été élu par moins de 15% de la population, ce qui n’est pas représentatif (85% des votants). Il y a eu 85% d’abstention. Ce chiffre qui ressemble à une gifle ne l’a même pas fait réfléchir.
    Si vous souhaitez cultiver la servitude au clan des « Chefs », acceptez que des Congolaises et des Congolais veuillent retrouver leur dignité, de ne plus être en permanence sous le joug des raquetteurs en place.
    Soufrez chers concitoyens, qu’un autre éclairage se fasse entendre. Sur ce sujet, au risque de contestation, vous avez bien 2 oreilles et 2 yeux pour votre équilibre lorsque vous vous déplacez et que votre préhension puisse être juste du premier coup grâce à cette vision en faisceau.
    C’est tellement évident que Nous les Humains nous y repensons lorsque l’un de ces sens nous manque…
    C’est lol, quand des enfants sont sourds à cause des bombardements. Le retard médical vient-il d’un coq ou d’une répartition géographique des centres de soins axés vers Oyo ? Pas d’écoles pas de soins : c’est effectivement un pays qui va de l’avant.
    Bon dimanche, et je ne me permets pas de donner de leçons ou de conseils. Non, j’aimerais quelles que soient vos tendances politiques, vos cursus, je vous demande comme le Sage qui s’assoit au fond du jardin toute une journée pour que la vérité lumineuse le sensibilise. Asseyons-nous un peu.

  2. debomarce permalink

    Si crime il y a, que la lumière soit faite, les responsables des crimes soient jugés et condamnés et que l’équilibre entre les peuples du nord et du sud soit rétabli. Mais, ce n’est pas d’un esprit de division que le Congo a besoin. La République du Congo est indivisible monsieur! Toi qui veux d’un État du Sud, avec cet esprit de division, tu ne fera pas moins pire que sassou en maltraitant aussi « tes autres »! Et cela n’aura que pour conséquences des déchirements sociales inutiles au développement! Puis on risque de se retrouver comme au Rwanda ou encore en centre Afrique! A mois que tu sois étranger, mais si tu es véritablement Congolais, tu sais que le Congo est indivisible. Il faut plutôt militer pour la vraie démocratie et l’unité consolidé de tout le peuple congolais. Je suis aussi du Sud, mais le Congo n’est pas le Mali! Et s’il faut revenir à une constitution, après 2016 pas avant, ce serait celle de 1992. POINT! C’est la seule constitution démocratique qui soit jusqu’à présent! Parce que les populations du nord sont eux même aussi parfois victime d’un régime totalitaire et irresponsable! C’est comme une personne envouté qui ne peut faire sa propre volonté! Ce qui s’est passé à Mpila le 04 mars 2012, c’est au nord de Brazzaville, pas au sud que cela s’est passé!

    LA RÉPUBLIQUE DU CONGO EST INDIVISIBLE.

    Il ne faut tenir des propos nobles et justes dont les douleurs atroces n’ont pas encore été pansées, pour soutenir des idées ignobles, absurdes et abominables comme celles de diviser le Congo en deux ou en trois ou en je ne sais combien de morceaux.

    tiens! réservez-moi le morceau « Pointe Noire » si vous voulez bien!

Trackbacks & Pingbacks

  1. #Brazzaville #Congo : A propos de “La création de l’Etat du Sud Congo est une question de survie” | Femme de l'Afrique
  2. #Sud Congo#Brazzaville Création de l’Etat du Sud Congo : rentrez à la maison, chez vous ! | Congo na biso

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :